WORKSHOP
Atelier enfants-ados de 14h30 à 17h30

Samedi 4 novembre 2017
à l’Espace Kugler

Atelier créatif et artistique inspiré de l’iconographie traditionnelle de la célèbre fête des morts mexicaine

« El Dia de Los Muertos ».

- Place limitée, à partir de 8 ans
- Inscription par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
- Prix de l’inscription par enfant et par après-midi : CHF 25.-
- Matériel et goûter inclus
- Inscription obligatoire jusqu’au vendredi 3 nov. 20h
Workshop créatif et artistique proposé par Marisa & Stéphanie, artistes diplômées des Ecoles des Beaux Arts et commissaires des expositons à l’Espace Kugler.

dia

studio rebat et Espace Kugler présentent

Chiara Bertini et Janis Lew
le métier de vivre

Vernissage le mercredi 15 novembre dès 18h
Du mercredi 15 au dimanche 19 novembre 2017

Projection vidéo toutes les heures : 
Mercredi 15, jeudi 16 et vendredi 17 novembre entre 18h et 21h
Samedi 18 et dimanche 19 novembre entre 15h et 20h

L'exposition Le métier de vivre raconte les histoires de deux hommes sages-femmes à Genève. 

Lors de conflits dans leur pays d'origine (Burundi et Iran), les deux hommes se sont réfugiés en Suisse 
où ils sont devenus les premiers hommes travaillant en tant que sage-femme. 

A travers les parcours de ces deux personnes, l’exposition essaie de mettre en question la bipolarité homme-femme, 
noir-blanc, nord-sud ou encore étranger-natif. 

Flyer en fichier pdf

flyer mdv web front

fete des morts web

Samedi 28 octobre 2017 

Uniquement le samedi, le dimanche est annulé

Atelier enfants-ados de 14h30 à 17h30 

- Atelier créatif et artistique inspiré de l’iconographie traditionnelle de la célèbre fête des morts mexicaine « Dia de Los Muertos ». 
- Place limitée, à partir de 8 ans 
- Inscription par email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. 
- Prix de l’inscription par enfant et par après-midi : CHF 25.- 
- Matériel et goûter inclus 
- Inscription obligatoire jusqu’au vendredi 27 octobre à 17h au plus tard 

Vous trouverez également vente sur place ^_^ 
- Livres d’occasion pour enfants 
- Empanadas 
- Pâtisseries 
- Boissons chaudes ou froides 

Atelier créatif et artistique proposé par Marisa & Stéphanie, artistes diplômées des Ecoles des Beaux Arts et commissaires des expositons à l’Espace Kugler.

diadelosmuertos

espace kugler
art contemporain
19, avenue de la jonction - 1205 Genève
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Céline Mazzon et Manouche Vallet


In between


Exposition du 14 au 22 octobre 2017

Vernissage vendredi 13 octobre dès 18h



Ouvert le jeudi et vendredi de 14h à 18h 
Week-end du 14 et 15 octobre de 12h à 19h, portes ouvertes Usine Kugler 
Week-end du 21 et 22 octobre de 14h à 18h 

Et sur rendez-vous : 
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Comme point de départ de leur exposition collective, Manouche Vallet et Céline Mazzon observent les particularités de l’espace Kugler pour les mettre en écho avec leur travail artistique.
Vitrine de l’ancienne usine de robinets Kugler, cet espace, aujourd’hui transformé en galerie d’art contemporain continue de se dévoiler spontanément à la rue. Sa paroi vitrée munie d’une grande porte mal isolée permet, hormis le visiteur, à l’eau, aux sons et aux courants d’air de s’infiltrer. Sa perméabilité prête au lieu un aspect de sas, d’entre-deux.
C’est précisément ce caractère de frontières indécises entre intérieur et extérieur qui interpelle les deux artistes dans leurs démarches respectives.

Céline Mazzon enduit les vitres de vaseline et grave des dessins sur des plaques de verre. A l’aide d’un graveur électrique, un peu à la manière du tatoueur, elle empreint le verre, en répétant les passages selon la force d’apparition du dessin. Des figures animalières émergent et disparaissent, à la fois captives de leur support et se dérobant en même temps à la vue de celui qui tente de les fixer.

Manouche Vallet lave des parties de bâtiments noircis par la pollution dans sa rue de résidence au centre ville. Elle prélève et collecte l’eau souillée qu’elle ramène ensuite dans son atelier pour la réinvestir sous différentes formes. Aquarelles sur papier, fresques murales sont composées avec la matière soustraite sur les murs de la rue et forment la trace positive de leur pendant négatif. Par son action de lavage elle révèle et questionne également une réalité écologique, accueille les réactions des passants et sort de sa démarche habituelle du dessin.

Manouche Vallet et Céline Mazzon partagent un espace de travail depuis plusieurs années à l’Usine Kugler et sont engagées toutes les deux dans un travail autour du dessin et de l’installation. 

Dossier de presse de l'exposition

“It's just a matter of time”

En coopération avec Bertrand Candas 

Exposition du 9 au 24 septembre 2017 
Vernissage le vendredi 8 septembre 2017 dès 18h
 

Exposition ouverte du jeudi au dimanche de 14h à 19h et sur rendez-vous les mardis et mercredis : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. et Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

« Dans l’infinité du temps, de la matière, de l’espace, une cellule organique se forme, se soutient un moment, et crève... Cette cellule, c’est moi. » from: Anna Karenina, Leo Tolstoy 

L'exposition aborde le thème de la mémoire, du temps et de la perception. En opposant différentes structures, à différentes échelles temporelles, on s'aperçoit que notre perception du temps dépend de notre point de référence. L’installation comprend deux parties où l'on retrouve différents types de mémoire et différents processus de mémorisation.

D'un côté la mémoire sensorielle avec la chambre à brouillard et ses formes éphémères générées dynamiquement et de l'autre la mémoire à long terme avec des sculptures inspirées des structures biologiques et d'empreintes de mains. 

Les formes éphémères dans cette exposition sont inspirées de recherches effectuées au CERN à Genève. Les objets sculptés à la façon des réseaux de neurones révèlent les similitudes de structures que l'on retrouve dans la nature. 

Ewa Wesolowska allie son savoir faire traditionnel de sculptrice avec les nouvelles technologies. En associant des éléments sculptés ou des objets ayant la trace du temps avec de l’interactivité et des projections de lumière, elle explore différentes façons de mémoriser et ainsi qu’elle est notre perception de la mémoire et du temps. 

C’est aussi la trace d’une présence, le désir de sauver un « instant de vie » qui montre l’on ne peut rien vraiment préserver du souvenir. 

Plus on essaie de garder la trace d’un événement et plus on en montre l’absence. 

Plus que le résultat, c’est prendre conscience du processus qui est essentiel. 

http://ewawesolowska.com/

Dossier de presse

Book de l'artiste

espace kugler - art contemporain
19, avenue de la jonction - 1205 Genève - www.espacekugler.ch

marisa 

Invités : Jérôme Bischel (artiste), Marisa Cornejo (artiste), Bernarda Labarca (psychologue), Hélène Leblanc (chercheuse en littérature italienne), Miguel D. Norambuena (schizoanalyste), Luis Pinoleo (artiste), Stéphanie Prizreni (artiste), William Riceputi (libradio.org), Janis Schroeder (artiste), Eric Winarto (artiste).

L’installation participative de La Divine Comédie, Genève 2017 propose une interprétation collective de l’œuvre de Dante Alighieri au regard de notre société occidentale et postindustrielle. Sont approchées ici les problématiques liées à la nature, la migration, l’écologie, la philosophie, l’art et la création. 

Le voyage de Dante à travers les trois règnes supraterrestres – L’Enfer, Le Purgatoire, Le Paradis – constituant 3 axes thématiques majeurs :
– La vie après la mort ; monde supraterrestre, spiritualité, cercle de vie, animisme, esprit, subconscient, rêve, psychologie.
– La relation de l’homme avec la terre et avec le souterrain ; extraction, exploitation des ressources naturelles et des êtres humains, permaculture, écologie, écosophie.
– La traversée ; porte, seuil, migration, marche, voyage, exile, langue, traduction, communication.

Dans un esprit transdisciplinaire, nous organisons un laboratoire réflexif sur ce texte au travers d’un atelier artistique et de rencontres sous forme de table-ronde et de discussion. Le public sera également invité à choisir des extraits de La Divine Comédie qu’il pourra illustrer (crayon, craie, encre et aquarelle) afin de créer une grande fresque commune.

Durant les 3 jours à BIG, au container de l’espace kugler :

A découvrir au container de l’espace kugler
– 2 installations vidéos sur le thème de la DIVINE COMEDIE de Marisa Cornejo, Stéphanie Prizreni et Janis Schröder
– Oeuvre de Jérôme Bichsel, Perma-Love-Culture
– Présence de libradio.org web-radio mobile et en[g/r]agée /

Vendredi 16 juin
De 19h30 à 23h30, atelier dessin autour du thème de LA DIVINE COMEDIE avec Marisa Cornejo, Stéphanie Prizreni et Janis Schröder
Dès 20h30 Performance, arrivée de l’oeuvre Perma-Love-Culture de Jérôme Bichsel au container de Espace Kugler

Samedi 17 juin
De 11h à 13h atelier dessin autour du thème de LA DIVINE COMEDIE avec Marisa Cornejo & Stéphanie Prizreni
De 15h à 22h atelier dessin autour du thème de LA DIVINE COMEDIE avec Marisa Cornejo & Stéphanie Prizreni

Dimanche 18 juin
De 11h à 13h atelier dessin autour du thème de LA DIVINE COMEDIE avec Marisa Cornejo, Stéphanie Prizreni et Janis Schröder
14h – 15h30 Table Ronde autour de la Divine Comédie
Avec Hélène Leblanc, Eric Winarto, Maria, Janis, William, Stéphanie, Jérome… et qui?
De 16h à 18h : atelier dessin autour du thème de LA DIVINE COMEDIE avec Marisa Cornejo & Stéphanie Prizreni
18h à 19h : Concert performatif de PARASITE SANS S !!!!

PARASITE SANS S

Nel mezzo del cammin di nostra vita 
La musique de PARASITE SANS S qui sera improvisée lors du BIG Festival, trace la cartographie des émotions de la "Divine Comédie". Elle se veut lunaire, mais triomphante, entre le bourdon et les plumes. Tantôt elle nous glace le sang, tantôt elle rassure, mais jamais elle ne suit le tracé balisé du fil de la lecture. Sciemment elle cherche les broussailles électriques et les pas qui déraillent. Ses atmosphères chamaniques se perdent avec délice dans des expérimentations qui recyclent l’or du cheveu, le noir de la pupille, le rouge des lèvres, alors qu'autours tournent les 9 cieux de Dante. 

"A la moitié du chemin de notre vie" les mots de l'enfer, du purgatoire et du paradis se croisent un pied dans le passé, l’autre dans le présent, le troisième dans l’ultra-futur...

Alexandra Bellon: percussions & voix
Anna Benzakoun: clavier & voix
Marie Mercier: clarinettes & voix

big2

Une étude sur le corps multidimensionnelle de la douleur
Cecilia Donaggio Luzzatto-Fegiz

Vernissage le 28 avril dès 18h
Exposition du 29 avril au 14 mai 2017

Pain-Box expérimente grâce à son interface graphique projetée sur l'écran le caractère unique de l’expérience de la douleur de chaque individu. Au moyen d'un software, toutes ces informations sont recueillies par l'interaction de Pain-Box et trace ensuite une carte collective de la douleur. Ces données visuelles sont compilées et analysées pour tenter d’identifier les origines et les domaines de la douleur qui caractérisent notre société.

Pain-Box - https://www.facebook.com/ThePainBox/ et https://vimeo.com/206910543 Collaboration technique: Max Jurcev : conception mécanique, électronique et programmation Collaboration artistique: Elisa(Betta) Porro, performance designer et Max Jurcev, composition sonore Avec le soutien de: Carlo Fonda – physicien - scifablab (International Centre for Theoretical Physics) et Federico Deganis – ingénieur - avis scientifiques et mise en œuvre

Horaires d’ouvertures : Les samedi 29 avril et 6 mai de 14h a 18h Lundi 8 mai de 14h à 18h I Mardi 9 mai de 18h à 20h Mercredi 10 mai de 12h à 14h I Jeudi 11 mai de 18h à 20h I Vendredi 12 mai de 14h à 18h ou sur rdv au +41 (0)76 228 00 22 ou +41 (0)78 632 26 45

squarepainbox1web

squarepainbox2web

flyer olaf LIGHT

«Bientôt la fin de l’hiver»

Vernissage le vendredi 17 mars 2017 à 18h
Exposition du 18 mars au 2 avril 2017
Ouvert vendredi de 17h à 19h et samedi et dimanche de 14h à 19h
et sur rdv : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Olaf au 076 237 46 42

Cette exposition « Bientôt la fin de l’hiver » représente une bonne occasion de montrer de nouveaux travaux (peintures à l’huile, petites installations) dont certains sont restés inachevés pendant plusieurs années. Par ces créations, je cherche à présenter des sujets en rapport à ce que je vois dans mon entourage, dans les médias et tout ce qui me préoccupe et pouvant intéresser autrui.

Parmi les thèmes récurrents figurent la représentation géographique de la planète. Les cartes du globe sont présentes dans notre quotidien (dans les publicités, au téléjournal, à la météo…) et apportent une multitude d’informations sur le monde lui-même.

D’autre part, je cherche à montrer la place de l’Humain dans nos sociétés, en représentant des hommes d’affaires, des migrants, des amis posant sur une photo de groupe ou moi-même. Dans ces peintures, je cherche à représenter la dureté du monde des affaires ; le sentiment d’exclusion que peuvent ressentir les gens d’ici ou venus d’ailleurs, malgré toutes les formes d’espoir qui subsistent.

Olaf Berkhuijsen, né en 1971, artiste à l’Usine Kugler depuis 2007.

Espace Kugler - art contemporain
19, avenue de la Jonction
1205 Genève - www.espacekugler.ch

espace kugler
art contemporain
19, avenue de la jonction - 1205 Genève
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Les Ruines Circulaires

Une exposition de Cristina Da Silva

Vernissage 25 novembre 2016 à 18h
Exposition du samedi 26 novembre au dimanche 4 décembre 2016
Ouvert du jeudi au dimanche 15h-19h et sur rdv : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Date du finissage : dimanche 4 décembre dès 11h

L’exposition Les Ruines Circulaires est l’occasion de présenter le DVD qui rassemble, sous le titre Les Ruines Circulaires, deux vidéos, un film et un vidéorama.
Ces deux pièces vidéos ont été réalisées à la suite d’un séjour de six mois effectué en 2010 à Bucarest.
L’exposition regroupe également une série de photographies captées lors de ce voyage.

Cristina Da Silva propose ici une perception personnelle d’une ville à la morphologie multiple. L’espace se transforme et prend corps au gré des changements urbains. Les brèches – terrains vagues, chantiers, espaces à l’identité indéfinie, zones « interstitielles » - s’habitent, s’activent au fur et à mesure que le regard se déploie, guidé par leurs habitants : chiens errants, cueilleurs, ouvriers, passants et passagers, joueurs d’échecs…

A l‘occasion du vernissage: Mitch & Dogs, dégustation de mititei, spécialité roumaine, BBQ www.cristina-da-silva.ch

Image extraite de la vidéo Les Ruines Circulaires, 23’30’’, Cristina Da Silva, 2016 avec le soutien de la République et Canton de Genève

Vernissage le 12 novembre dès 17h30

Exposition du 13 au 20 novembre 2016 de 17h30 – 19h30 et sur rendez-vous au 076 223 59 51

Les plages accueillent avec les coquilles, les linceuls vomis par la mer.
Morts, leurs existences se révèlent une fois ensevelies, un peu à la façon des œuvres emballées de Christo. Ces toiles de lin sculpturales prennent la forme de leur contenant.
Recouvert et découvert, dedans et dehors se fondent, le fond trouve sa forme.
Les suaires dévoilent la forme de leurs corps, comme les sépultures pyramidales conservent le corps du roi, leurs enveloppes sont protégées par ces escaliers qui nous mènent on ne sait où.
Les linceuls se muent en cocon, les défunts reposent en chrysalides, déclarant ainsi leur humanité, aspirant à se déployer.

Evénement également ce soir du 12 novembre avec VISARTE.FONCE pour une exposition anniversaire à l'occasion des 150 ans de visarte.suisse au Garage19 de Kugler (information plus bas)

Samedi 12 novembre 2016
Vernissage à 17h30

USINE KUGLER

avec Maria Bill, Hadrien Dussoix, Thierry Feuz, Renée Furrer, Philippe Fretz, Yann Haeberlin, Christian Humbert-Droz, Alexandra Maurer, Maël Madouri, Guy Schibler, Nina Schipoff.
Exposition du 13 au 20 novembre, de 17h30 à 19h30

CONFÉRENCE à KUGLER à 18h, par Christian Jelk, vice-président de Visarte. suisse, «L’utopie Visarte».
PERFORMANCE à KUGLER à 19h, par Christian Humbert-Droz, sérigraphe.
FOOD TRUCK THAÏ, MUSIQUE.

Fête-événement de Visarte. Genève à l’Usine Kugler, av. de la Jonction 19. Invitation à toutes et à tous

Pendant toute l’année 2016, la Société suisse des artistes visuels célèbre son Jubilé dans les différents cantons.

L’emblème de ce tour de Suisse est un triporteur qui s’arrêtera à Genève les 11 & 12 novembre.

11 novembre à 11h
Halte à la HEAD Rencontre-apéritif avec les étudiants de la HEAD, bd Helvétique 9, hall d’entrée.

Vernissage le 12 novembre dès 17h30

Exposition du 13 au 20 novembre 2016 de 17h30 – 19h30 et sur rendez-vous au 076 223 59 51

Les plages accueillent avec les coquilles, les linceuls vomis par la mer.
Morts, leurs existences se révèlent une fois ensevelies, un peu à la façon des œuvres emballées de Christo. Ces toiles de lin sculpturales prennent la forme de leur contenant.
Recouvert et découvert, dedans et dehors se fondent, le fond trouve sa forme.
Les suaires dévoilent la forme de leurs corps, comme les sépultures pyramidales conservent le corps du roi, leurs enveloppes sont protégées par ces escaliers qui nous mènent on ne sait où.
Les linceuls se muent en cocon, les défunts reposent en chrysalides, déclarant ainsi leur humanité, aspirant à se déployer.

Evénement également ce soir du 12 novembre avec VISARTE.FONCE pour une exposition anniversaire à l'occasion des 150 ans de visarte.suisse au Garage19 de Kugler (information plus bas)

 espace kugler
art contemporain
19, avenue de la jonction - 1205 Genève
::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::::

Bureau d’étude de compensation | Bureau d’espace de décompensation (BEC BED) et l'Espace Kugler présente

"décadence programmée de l’art performatif, de l'habitat et de l’irvinisme". du 14 au 16 octobre 2016
une proposition de Cédric Henny & Tilo Steireif
http://becbed.net

Vernissage le 14 octobre à 19h00 / allocution à 21h00

A l'espace Kugler, présentation de la publication "Jeudi passé" avec la participation de Sylvain Froidevaux, Micha Hedinger, Beatrix Premazzi et Park Stickney. L’espace Kugler vernira avec l’exposition de BEC BED la publication « Jeudi passé ».

BEC BED, un bureau d’exploration de l’espace public

Initié en 2000, il mettait à l’époque en œuvre « le carnaval des bourses fédérales », un projet de compensation-décompensation de l’artiste qui gagne. Il s’agissait de produire un projet artistique « vite fait » une semaine avant le délai final pour l’octroi des bourses fédérales en arts de Suisse.

En 2011, BEC BED naît formellement d’abord dans un petit groupe d’explorateurs urbains à Lausanne, puis en duo, avec Cédric Henny & Tilo Steireif. Onze ans après, Cédric Henny & Tilo Steireif reprennent leur travail entre 14h00 et 18h00 le jeudi à « standard-deluxe » à Lausanne. Ils questionnent durant des heures de bureau, la ville et l’aménagement urbain.

A l’Espace Kugler, il sera question de commémoration (100 ans de DADA) et d'allocution avec VAVA. Le bureau d’espace de décompensation dit : « VAVA » et se demande qui est là aujourd’hui ; que sont devenus les premiers inconnus : les jeunes genoux huilés exaltant le 11 avril 1916 le cabaret Voltaire à Zurich avec leurs mandolines et leur danse affolante, disparaissant à jamais dans la nuit ?

La publication « jeudi passé » vernie officiellement à l’Espace Kugler invite à soutenir les dadadocumentaires critiques. Il est question d’une investigation méticuleuse des espaces sous-exploités à Lausanne (ces espaces de compensations potentiels pour artistes comme les églises et les supermarchés) et de revoir des travaux actualisés du « carnaval des bourses fédérales ».

Enfin, à l’Espace Kugler, BEC BED questionnera par un objet un nouvel aménagement urbain, l’écoquartier de la Jonction sur l’ancien site d’Artamis. Tilo steireif, octobre 2016
Tilo steireif, octobre 2016

Jeudi passé

La publicartion Jeudi passé offre de revenir sur les différents travaux de Steireif & Henny, en parcourant les sujets aussi divers que le DADA documentaire, les manœuvres artistiques, les espaces de pèlerinages ou les dessins glossolaliques. Le premier chapitre traite d’un travail entamé en 2000, et qui propose une nouvelle lecture de la Street Parade de Zürich sous forme de jeu. Le chapitre 2 rassemble les différents points de vue sur une chapelle lausannoise, abandonnée de ses fidèles où la glossolalie rejoint l’espace urbain désaffecté.

Jeudi passé | n° 01 68 pages | limité à 300 exemplaires Prix CHF 18 .– (+ 2.- de frais de port)

Vernissage, mardi 20 Septembre à 18h
Exposition du mardi 21 au Vendredi 30 septembre 2016
Exposition ouverte du mardi à dimanche de 16h à 20h
Finissage, vendredi 30 septembre à 18h30
Une table ronde viendra clore l'exposition

nuria duran

La biologie et l'amour II fait partie d'une série d'œuvres où Núria Duran enquête et travaille sur les liens entre les êtres vivants et le monde qui les entoure.

Elle invite à repenser les relations et les liens perdus par les habitudes et les désirs imposés par une société de consommation capitaliste, dans l'urgence de la crise que nous vivons et dans la nécessité de construire d'autres formes de voir et de vivre la vie.
A partir de la représentation symbolique de corps cellulaires, elle invite le spectateur à participer à une expérience intime, à chercher cette connexion première avec le monde vital amoureux, à revenir au noyau et à se reconnecter.

Núria Duran (1971), artiste catalane diplômée en art à l’Université de Barcelone. Au fil de son parcours artistique, elle a exposé dans des galeries et des centres d’art en Espagne, au Portugal, en Allemagne et aux États­Unis. Elle a commencé par se former au design textile et à la peinture puis a enrichi son travail par le collage et la gravure en tentant plusieurs expériences formelles. Pendant de nombreuses années, le paysage a été sa source d’investigation et de création ; elle a cherché à mettre en évidence les structures que cachaient la couleur et la forme du paysage. Ces dernières années, elle a exploré le domaine des structures, à partir de l’intérieur du corps humain et non plus de l’extérieur, poussée par l’irrésistible pulsion de donner forme à ce micro­ univers sous toutes ses formes de représentation ; et ce, jusqu’à la partie la plus infime, le noyau duquel tout naît, c’est-à­-dire la cellule. Núria Duran propose des installations et des sculptures où les points de jonction ne sont plus fixes ; le corps­œuvre peut toujours continuer à se transformer en corps mobiles et communicants.